4 erreurs qui empêchent ta page de vente de faire son travail

4

Ça y est, tu as réussi !

Tu as lu des dizaines d’articles de blogue, donné ton courriel en échange de ebooks, check-lists et autres outils, écouté des podcasts.

Tu as travaillé dur.

Tu as créé ton premier tunnel de vente.

Tu as un super aimant à client qui te permet de mousser ta liste de courriels.

D’ailleurs, tu as une séquence de courriels automatisée.

Surtout, tu as une belle page de vente à tes couleurs, avec de superbes images…

Mais tu ne vends pas, ou en tout cas pas assez.

Pourtant, tu investis en publicité Facebook !

Ce n’est pas toi… Ce sont tes mots

Lorsque ça se produit, on cherche souvent la réponse à notre mauvais taux de conversions dans les outils utilisés, ou dans le design de la page de vente.

Est-ce que mes images sont trop ordinaires ?

Mon design pas assez pro?

Est-ce que je devrais investir dans un outil marketing sophistiqué comme Clickfunnels ou LeadFox ?

À moins que ta page de vente ressemble à ça, le design ne devrait pas être ta priorité.

Concentre-toi sur le contenu de ta page de vente, pas sur le contenant.

Voici 4 erreurs de copywriting faciles à corriger qui empêchent peut-être ta page de vente de faire son travail.

Erreur n° 1 — Utiliser des phrases toutes faites

Elles sont attendues.

Elles sont banales.

Elles sont partout.

Elles sont tout sauf convaincantes.

« Nous offrons un excellent service client. »

Ah, vraiment ? 😉

Lorsque ton prospect voit ça, il n’y croit pas.

Il n’y croit pas parce que tout le monde prétend avoir un excellent service à la clientèle.

Il n’y croit pas parce qu’il l’a lu et entendu des dizaines de fois.

Par quoi le remplacer ?

Sois spécifique et adresse-toi directement à ton prospect.

Besoin d’aide ? Appelez au 1-800-AWESOME. Un de nos techniciens vous répondra en moins d’une minute, c’est promis.

Dans cet exemple, on fait une promesse spécifique à notre client potentiel : il recevra un appel en moins d’une minute.

En plus, on s’adresse directement à lui et on lui montre que notre service client est super plutôt que de lui dire.

Sois spécifique et créatif ; évite les phrases toutes faites sur ta page de vente.

Erreur n° 2 — Abuser des superlatifs

C’est le meilleur aspirateur.

La meilleure télévision HD.

Le meilleur blogue sur la rédaction persuasive.

Quand tes clients te le disent, c’est cute.

Mais quand tu l’écris sur ta page de vente, ou pire, sur la page d’accueil de ton site web, ça sonne faux.

Ce n’est pas persuasif du tout.

Plutôt que de dire à ton client potentiel que ton produit est meilleur que ceux de tes compétiteurs, fais-lui une démonstration. Il y a plusieurs manières de le faire.

Par exemple, tu peux :

  • Parler de tes clients (que ce soit en nombre ou en qualité) pour monter ta crédibilité.

Marina Orsini et Vincent Graton sont de grands fans du blogue Les mots pour vendre.

(Par contre, dans ton cas, il serait préférable que ce soit vrai. 😉)

  • Présenter des témoignages ou des études de cas.
  • Te concentrer les bénéfices de ton produit, tout simplement.

Ta job c’est de prouver à ton prospect que tu es le meilleur.

Tes clients se chargeront de le dire.

Erreur n° 3 — Vivre une histoire d’amour avec les points d’exclamation

C’est tellement le fun !

Ça met de la vie !

(Ce n’est jamais une bonne idée !!!)

Les points d’exclamation, c’est un peu comme une sauce vraiment, vraiment piquante (genre la Pain 100 % Sauce).

C’est super en petite quantité, mais dès qu’on en met un peu trop, ce n’est plus mangeable.

Essaie de limiter le nombre de points d’exclamation sur ta page de vente.

Tu peux en garder quelques-uns, mais souviens-toi que moins ils sont nombreux, plus ils vont avoir de l’effet.

Qu’est-ce que tu cherches à faire, en ajoutant des points d’exclamation partout ?

Est-ce que tu veux rendre ta page de vente plus intéressante, persuasive et dynamique ?

Dans ce cas, tu devrais plutôt t’intéresser aux points d’interrogation.

As-tu remarqué que j’en utilise plusieurs dans cet article de blogue ?

C’est parce qu’ils ont un pouvoir magique ; celui de transformer un monologue en conversation.

Crois-moi, c’est beaucoup plus facile de vendre en conversant qu’en étant faussement enthousiaste !!!

Erreur n° 4 — Parler de toi et de ton produit

Bon, je sais ce que tu vas me dire.

« Comment veux-tu que je vende mon produit ou mon service sans en parler ? »

Lorsqu’on est fier de notre produit, on veut en parler, mais la vérité, c’est que le client s’en fout pas mal de ton produit.

Il veut savoir ce que tu peux faire pour lui.

Tu dois t’adresser directement à ton prospect, pas lui faire un exposé.

Une façon simple d’être certain de s’adresser à son prospect, c’est de rédiger ta page de vente au « tu » ou au « vous ».

Disons que tu vends une formation.

Si tu ne t’adresses pas directement à ton prospect — si tu parles trop de toi ou de ton produit — tu auras tendance à écrire des phrases passives, qui ne tiennent pas compte des véritables bénéfices pour ton client idéal.

Cette formation, unique au Québec, est composée de 8 modules qui comprennent chacun 9 leçons sous forme de vidéos.

Par contre, si tu t’adresses à lui de manière plus directe, les bénéfices* viendront tout naturellement.

Puisqu’il s’agit d’une bibliothèque de vidéos, tu pourras les visionner quand tu veux, à l’heure que tu veux, le nombre de fois que tu veux. Il n’y a pas de limite.

Ce deuxième exemple est en fait tiré de la page de vente d’Olivier Lambert pour sa formation sur la création d’un blogue.

Il a tout compris, Olivier.

Tu veux vendre ? Arrête de parler de toi. Parle à ton prospect.

* Je ne m’aventure pas trop dans la différence entre bénéfices et caractéristiques, parce que j’ai un article sur le sujet qui s’en vient la semaine prochaine. 😇

Une page de vente, c’est une conversation

Ces erreurs ont un point commun : elles découlent d’une incompréhension de ce qu’est une page de vente.

Ta page de vente, ce n’est pas une infopub.

Ta page de vente, c’est un échange, une conversation… avec une difficulté ajoutée.

Tu dois anticiper les réactions, les questions et les préoccupations de ton prospect.

Tu veux vendre ?

N’utilise pas des phrases toutes faites, trouve ton propre style, ta propre voix.

Oublie les superlatifs et montre que tu es le meilleur.

Arrête de feindre l’enthousiasme et pose des questions.

Surtout, ne parle pas que de toi et de ton produit. Personne n’aime écouter quelqu’un d’autre monologuer.

Quelque chose à dire?